Chargement Évènements
  • Cet événement est passé

MOULINS
d’Alan Bennett

Création COMÉDIE SALVATRICE
Les 6, 7, 13, 14, 21, 22, 26, 27 et 28 avril 2017
ainsi que les 4, 5, 6, 11 et 12 mai 2017 à 20h30
Théâtre Ouvert Luxembourg à Luxembourg-Bonnevoie

 

À la suite de la représentation du 21 avril nous vous invitons à une rencontre en présence des comédiens et du metteur en scène.
Mise en scène
Jérôme Varanfrain
Adaptation française
Jean-Marie Besset
Scénographie et costumes
Jeanny Kratochwil
Avec e.a.
Véronique Fauconnet et Colette Kieffer

Trois femmes se dévoilent et par-delà les apparences nous entraînent dans leur quotidien décalé : l’une vit son alcoolisme auprès d’un mari pasteur anglican qui s’est donné pour mission de la sevrer ; l’autre écrit lettre sur lettre pour se plaindre d’avoir trouvé un cheveu dans une saucisse achetée au supermarché ou pour empoisonner la vie de ses voisins. La troisième raconte, alors qu’elle lutte contre la maladie, les petits conflits qu’elle vit à son bureau (conflits qui éloignent les êtres et paradoxalement les rapprochent).
La force de ces récits réside dans le fait de décrire des choses quasi anodines avec beaucoup de tendresse et ce cynisme si particuliers à l’humour anglais. Un lit parmi les lentilles, Une femme de lettres et Une femme sans importance : trois récits de femmes qui font partie du recueil Moulins à paroles d’Alan Bennett. Son écriture va droit au coeur : oscillant entre comique et tragique, ces 3 récits cyniques et percutants, gros succès en Angleterre, ont donné lieu à des adaptations télévisuelles pour la BBC.
À la manière de la série télévisée Six feet under, ils font éclater les aprioris et les conventions qui règlent notre quotidien : dans l’intimité de ces trois femmes se révèle le champ des possibles de
l’être humain : à la fois démoniaque et angélique, altruiste et égoïste, fou et visionnaire.
Moulins à paroles permet d’enchanter le quotidien : les paroles se libèrent et entraînent le spectateur dans une spirale jubilatoire d’humour, de drame et de tendresse pour cette « paisible détresse
humaine ». Ces moulins à paroles font du bien…