NEWS

APPEL À CANDIDATURES – RÉSIDENCE DE RECHERCHE À MONTRÉAL (CANADA). BOURSE FOCUNA

Montreal

Le Fonds culturel national lance un appel à candidatures destiné à un(e) artiste plasticien(ne), de nationalité luxembourgeoise ou résidant au Luxembourg, en partenariat avec la Fonderie Darling à Montréal (Canada). Cette résidence d’artiste à l’étranger est dotée d’une bourse qui vise à encourager l’artiste à s’immerger dans le milieu artistique montréalais, et à favoriser la mise en réseau avec la scène artistique locale, contribuant à long terme au développement de son parcours professionnel. Le/la lauréat(e) bénéficiera d’une période de résidence de 3 mois d’octobre à décembre 2017 avec la mise à disposition d’un atelier-logement à la Fonderie Darling à Montréal.

Appel à candidature complet

CONTACT

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous contacter directement via téléphone ou mail.
T. 247-86617
info@focuna.lu
4, boulevard Roosevelt
L – 2912 Luxembourg

 » LES JUSTES  » D’ALBERT CAMUS AU THEATRE DU CENTAURE A LUXEMBOURG EN MARS…LES PREMIERES PHOTOS!

17039406_1066923616787214_3171106723961690607_o 17016952_1066924296787146_6344682020923003535_o 16903549_1066924160120493_397652854380390544_o

Dernières répétitions avant la première ce vendredi ! Nous avons hâte de vous présenter LES JUSTES d’Albert Camus, les 3, 4, 5, 8, 9, 10, 11, 12, 14, 15, 18 et 19 mars.
Avec Luc Schiltz, Brigitte Urhausen, Sophie Langevin, Mathieu Moro, Franck Sasonoff, Hervé Sogne, Jérôme Varanfrain et Francesco Mormino. Mise en scène par Marja-Leena Junker.
Réservations : +352 22 28 28 (répondeur) et reservations@theatrecentaure.lu

Photos : Antoine Colla

CINEMA – « ELDORADO » remporte 3 prix au CAMINHOS FILM FESTIVAL (Portugal)

b9cb2f60-10ff-4fdb-80e8-91653b1bc044

Le CAMINHOS FILM FESTIVAL, qui s’est tenu il y a quelques jours dans la ville de Coimbra au Portugal, a décerné 3 prix au documentaire de long-métrage « ELDORADO » du trio de réalisateurs portugo-luxembourgeois : Rui Eduardo Abreu, Thierry Besseling et Loïc Tanson.  Le film y était présenté dans la compétition « Documentaires ».

Il s’agit des prix suivants :

– le Prix du Meilleur Documentaire,
– le Prix de la Presse (attribué toutes catégories confondues)
– le Prix Don Quijote / Jùri IFSS – Federation Internacional des Ciné-clubs (attribué toutes catégories confondues)

Les différents jurys ont salué le film en motivant leur décision comme suit :

– Pour le Prix du Documentaire : « Un voyage cru et dépouillé dans la réalité de l’émigration et de la ‘saudade’  » Jury Caminhos
– Pour le Prix de la Presse : « Eldorado arrive à amener le spectateur à ce que l’on attend de l’art: donner à voir ce qui n’est pas immédiatement visible et, ainsi, nous rendre plus capables de vivre et être au-delà de l’évidence (…) Le fait que la narration d’Eldorado transcende la question de l’immigration portugaise au Luxembourg et qu’elle soit le portrait de n’importe quel émigrant n’importe où dans le monde (…)  La capacité à parler de ce thème avec une profonde humanité et sans la condescendance, l’exotisme ou le politiquement correct qui sape habituellement le discours dominant sur ces communautés (…) » Jury de la Presse
– Pour le Prix Don Quijote : « Nous avons décidé de remettre le prix Don Quijote au film Eldorado pour sa capacité à présenter le sujet de l’émigration d’une façon intelligente et sensible, sans jamais user de stéréotypes ou dépeindre ses personnages comme victimes. » Jury IFSS – Fédération nationale des Ciné-Clubs

Pour rappel, le film a été, à ce jour, sélectionné et présenté dans les festivals suivants :

  • Luxembourg City Film Festival – Compétition Documentaires
  • Taïwan International Documentary Film Festival – International Competition
  • Cork Film Festival – Documentary Program
  • Caminhos Film Festival – Competition
Le film sera également projet le 15 décembre au Festival Human Rights d’Ankara.

De plus, le film est désormais disponible sur la plateforme luxembourgeoise de video à la demande, VoD.LU, http://www.vod.lu

Obrigado !

 

Le Regard de Stephane Gilbart sur Vollmond (Danse)
Au Grand Théâtre

pina

« Vollmond » (VU au Grand Théâtre – encore les 8, 9 et 10 décembre) : Pina Bausch telle qu’en elle-même elle continue à vivre sept ans après sa mort. Une danse jubilatoire qui culmine en un feu d’artifice aquatique – oui, c’est possible ! Tout cela, qui a un sens et des échos si humains (homme-femme, couple, solitude, incompréhension, stéréotypes, violence), nous atteint sensoriellement, nous bouleverse, nous amuse (oui, Pina Bausch peut être rigolote), dans un festival d’images scéniques inattendues, de saynètes enchaînées dans un rythme sans faille. La scénographie, elle aussi, joue son rôle, essentiel. Quant aux interprètes, virevoltants, virtuoses, ils accomplissent toutes les facettes du Tanztheater. A la fin de la représentation, on aimerait tellement les rejoindre sur le plateau pour participer nous aussi à « la grande bataille aux seaux d’eau » (photo Laurent Philippe)

( article issu du Profil de Stephane Gilbart sur Facebook )

Egon Schiele, le peintre des femmes, dans un film tourné en partie au Luxembourg
[LE QUOTIDIEN]

schiele

Coproduit par Amour Fou et tourné en partie au Luxembourg, Egon Schiele – Tod und Mädchen, un film de Dieter Berner, se penche sur la courte vie du peintre autrichien, célèbre pour ses nus féminins mais controversé à son époque.

Egon Schiele – Tod und Mädchen – en français, Mort et jeune fille, du nom d’une des célèbres peintures de l’artiste – est un biopic honnête,racontant le combat d’un homme libre cherchant à faire accepter son art jugé provocant.

En 1912, devant le juge qui cherche à le condamner pour ses dessins à caractère érotique – sans oublier des soupçons de détournement de mineurs – il proclame haut et fort : « Je suis un artiste! » Oui, durant sa courte vie, Egon Schiele, emporté par la grippe espagnole à 28 ans, a cherché à faire reconnaître son œuvre, en équilibre entre érotisme et mort, novatrice, et donc choquante. Son désir d’indépendance et de liberté, à fleur de peau, s’est heurté aux réflexes des collectionneurs, à l’armée, au conservatisme des classes dirigeantes viennoises, et à un passé dont l’empereur est l’unique symbole