Chargement Évènements
Cet évènement est passé

150e anniversaire d’André Gide

Eugénie Anselin, Stéphanie Bertrand et Franck Colotte

Conférences, lecture et entretien
Mercredi 4 décembre 2019
19h00

Abbaye de Neumünster

En français

Entrée 10 € | 5 € | 1,50 € (Kulturpass)

 

De quoi l’aphorisme de Gide est-il le nom aujourd’hui ?

Dans une époque qui plébiscite le bref, sous toutes ses formes (tweets, brèves, citations, etc.), les aphorismes, ceux de Gide en particulier, se trouvent fréquemment convoqués, dans le discours médiatique aussi bien que politique, et bien sûr au-delà. Du parti des « Insoumis » fondé par Jean-Luc Mélenchon à partir d’un aphorisme de Gide (« Le monde ne sera sauvé, s’il peut l’être, que par des insoumis ») à Angela Merkel, en passant par le magazine « Psychologies », Gide l’aphoriste est régulièrement cité. Il s’agira de voir quelles représentations de Gide ces citations aphoristiques construisent, mais aussi de comprendre les motifs qui amènent journalistes, hommes politiques et parfois écrivains, à citer les formules gidiennes. Pourquoi l’aphorisme gidien est-il si actuel ?

Stéphanie Bertrand est Maître de conférences en langue et littérature françaises des XXe et XXIe siècles à l’Université de Lorraine (site de Metz). Après une thèse consacrée à l’aphorisme dans l’œuvre d’André Gide (2015), elle poursuit son analyse du style de Gide et, plus largement, l’étude de la poétique de son œuvre, tout en s’intéressant aux représentations du « contemporain capital » dans le monde actuel. Stéphanie Bertrand a coorganisé une journée d’études consacrée au latin et à la latinité dans l’œuvre d’André Gide en 2016 à Bologne. Elle est également membre du Conseil d’Administration de l’« Association des Amis d’André Gide » et depuis 2017 Secrétaire de cette même association.

Franck Colotte est professeur de lettres, enseignant-chercheur et chargé de cours associé à l’Université du Luxembourg. Il communique sur divers sujets liés à l’Antiquité et sur certains auteurs classiques comme Racine, Flaubert et Maupassant. Il s’intéresse également à la littérature et à la langue luxembourgeoise, domaine dans lequel il a déjà publié deux ouvrages. En plus de cette activité de chercheur, il est journaliste-correspondant et chroniqueur culturel pour le « Luxemburger Wort » ainsi que pour la radio « 100,7 ». Depuis peu, il est membre du conseil d’administration du « Cercle des amis de Colpach ».

Eugénie Anselin est une actrice franco-luxembourgeoise. Elle a joué e.a. dans « Bad Banks » (série télévisée germano-luxembourgeoise), « Die Dunkle Seite des Mondes » (adaptation du roman de Martin Suter) et « Weemseesdet » (première sitcom luxembourgeoise). Eugénie Anselin a récemment joué au théâtre dans « Vêtir ceux qui sont nus » de Luigi Pirandello.

Organisé par l’Institut Pierre Werner en collaboration avec le Cercle des Amis de Colpach. Avec le soutien de neimënster