Chargement Évènements

Le Gardien

de Harold Pinter (Prix Nobel de Littérature 2005, Prix Europe pour le théâtre 2006)
Comédie dramatique | 120 min | 15 ans+

Mise en scène : François Baldassare
Avec : Rufus (Davies), Jérôme Varanfrain (Aston), Olivier Foubert (Mick)

Equipe artistique
Assistance mise en scène : Audrey Lebastard
Scénographie : François Baldassare

Architecte : Sergio Carvalho
Création lumière : Carlo Thiel
Compositeur interprète : Juko

Maquillage et coiffure: Fredo Roeser

Accessoires : Anna Bonelli
Production : Tessy Fritz

Dates
28/02/20 – 20:00 CCRD opderschmelz
29/02/20 – 20:00 CCRD opderschmelz

02/03/20 – 09:30 CCRD opderschmelz (scolaire)

05/03/20 – 20:00 CAPE – Centre des Arts Pluriels Ettelbruck
06/03/20 – 09:30 CAPE – Centre des Arts Pluriels Ettelbruck (scolaire)

Coproduction
Canopée Produktion Asbl.
CCRD opderschmelz

Avec le soutien de

Ministère de la Culture | Oeuvre Nationale de Secours Grande Duchesse Charlotte | SNJ | Ministère de l’Education, de l’Enfance et de la Jeunesse | Ministère de la Famille, de l’Intégration et à la Grande Région | CAPE – Centre des Arts Pluriels Ettelbruck | Fondation Indépendance

L’histoire

À la suite d’une bagarre dans un bar, Aston aide Davies, un clochard, et l’héberge chez lui. Davies profite de sa générosité et emménage. Aston a besoin de parler à quelqu’un, car personne ne l’écoute. S’installe entre eux un dialogue de sourds, qui tourne au comique et à l’absurde. Le frère d’Aston, Mick, le propriétaire des lieux, est violent et manipulable. Davies va en profiter, mais jusqu’à un certain point…

L’histoire se situe dans un monde d’hommes où l’amour est absent. Ce manque est une déchirure qui s’accompagne d’une grande difficulté à agir. Chacun expose ses projets avec enthousiasme et optimisme, mais personne ne les exécute. In fine, seules apparaissent essentielles les relations humaines, et l’empathie que l’on ressent pour autrui ; l’erreur en la matière est irrattrapable.

Résumé:

À la suite d’une bagarre dans un pub, Aston aide Davies, un clochard et l’héberge chez lui. S’installe entre eux un dialogue de sourds qui tourne au comique. Le frère d’Aston, Mick, le propriétaire des lieux, est violent et manipulable. Davies va en profiter, mais jusqu’à un certain point…

Harold Pinter décrit un univers où le manque d’amour s’accompagne d’une grande difficulté à agir. Chacun expose ses projets avec enthousiasme, mais personne ne les exécute. In fine, seules apparaissent essentielles les relations humaines ; l’erreur en la matière est irréparable.

> François Baldassare, vaillant explorateur des relations humaines, à la devise ‘Je suis terrien’, emmènera le trio Rufus, Jérôme Varanfrain et Olivier Foubert, ainsi que le public, au fin fond de l’univers si particulier de Harold Pinter.

> Harold Pinter a reçu le prix Nobel de littérature en 2005 et le Prix Europe pour le Théâtre en 2006. Sa pièce de théâtre « Le Gardien » a remporté deux récompenses prestigieuses : l’« Evening Standard Drama Award », à Londres, sacrant la meilleure pièce de l’année 1960, et le prix de la « Newspaper Guild » de New York.

Sur les comédiens:

> En plus de 40 ans de carrière, Rufus a joué quantité de seconds rôles dans des registres extrêmement variés. Comédien de scène autant que de cinéma, il a développé un personnage lunaire et pince-sans-rire. Sa longue silhouette, son visage anguleux, sa voix grave et posée s’adaptent à tout.

Il a joué entre autre dans ‘Le locataire’ de R. Polanski (1976), ‘La Cité des enfants perdus’ (1995) et ‘Delicatessen’ (1991) des frères Jeunet. Pour sa participation dans ‘Le fabuleux destin d’Amélie Poulain'(2001), il est nommé à 59 ans au César dans la catégorie ‘Meilleur acteur dans un second rôle’.

Dans ‘Au nom de la terre’ (2019) de Edouard Bergeon, Rufus interprète le père d’un agriculture joué par Guillaume Canet. Ce film est un triomphe en France avec plus de deux millions d’entrées depuis septembre 2019.

> Pour Olivier Foubert dans le rôle de Mick, ‘Le Gardien’ sera sa 3e interprétation dans une oeuvre pintérienne, après ‘L’Amant’ et ‘Ashes to ashes’ mis en scène par Mitch Hopper.

> Jérôme Varanfrain, à cheval entre la France et le Luxembourg depuis de longues années, alternent les interprétations dans de multiples projets de scène (e.a. ‘Dom Juan’ mes. Myriam Muller 2017) et au grand écran (e.a. ‘Le tout Nouveau Testament’ de Jaco Van Dormael, 2016).